Auteure Féminine

Le livre de l'enigme, tome 1 - Nathalie Dau : une grosse déception

17:30

Bonjour chez vous, 

Vous aurez surement remarqué que parmi mes genres de prédilection, se cache la fantasy. Je passe mes étés à me plonger dans de grandes sagas du genre. Le reste de l'année, j'aime aussi agrémenter mes lectures habituelles avec quelques titres dans lesquels j'espère trouver une perle, un coup de coeur. 
Aujourd'hui, retour sur le premier tome de la saga "Le livre de l'Enigme".


De quoi ça parle ?

Les ténèbres ont un cœur de lumière.
Je l’ai su quand j’ai vu l’enfant dans la tempête. J’ai entraperçu l’azur de sa magie étrange et intense, mon univers s’est métamorphosé. Moi qui me sentais si seul, si désespéré, j’ai découvert soudain pourquoi j’étais venu au monde : pour protéger celui qu’on m’a donné pour frère. Un frère pas tout à fait humain, pas tout à fait possible. Le protéger des autres et de lui-même : des décisions qu’il voudrait prendre afin de résoudre sa maudite Énigme. Car ce petit est doué pour se mettre – nous mettre – en péril ! Mais j’ai la faiblesse de croire que je suis plus têtu que lui.

Publié chez Les Moutons Electriques, 448 pages


Depuis maintenant trois ans que je tiens mon blog, je me suis fixée un impératif : ne jamais parler des livres que j'abandonne. Pour l'article d'aujourd'hui je ferai une exception car il s'agit d'un livre que j'ai abandonné... à 30 pages de la fin. Abandonner si près du but, c'est rare, pour ne pas dire incongru. 

Pourtant cette lecture a été incroyablement pénible et inégal. Malgré quelques passages accrocheurs, je n'ai pas réussis à rester jusqu'au bout. Pourtant je voulais l'aimer ce livre, je voulais tellement l'aimer ! Ca faisait un moment que j'avais ce livre dans ma wishlist et j'étais tellement contente d'enfin l'acheter, persuadée que j'allais passer un bon moment. 

Je pense que ce livre est l'exemple même de tout ce que je redoute quand je me lance dans de la fantasy. Dès les premières pages, nous sommes plongés dans un univers complexe, avec son propre vocabulaire. En soit, il est logique et presque nécessaire pour nous imprégner d'un nouveau monde d'être confronté à son propre parlé. Mais ici, nous avons un large vocabulaire nouveau qui ne nous est jamais vraiment expliqué de manière concrète. Je me suis vite sentie perdue dans ce nouvel univers.
De même, le personnage principal n'a pas réussi à retenir mon attention et mon affection. je ne l'ai pas trouvé particulièrement attachant et j'ai eu du mal à rentrer dans les enjeux de son histoire comme devrait l'exiger la lecture d'un tout premier tome.
Malgré quelques passages sympathiques, je me suis très vite ennuyée dans ce premier opus trop riche et parfois indigeste au point que j'en suis donc venue à l'abandonner à la presque toute fin.
En soit ça me frustre énormément parce que je n'aime pas abandonner les livres que je commence, j'ai même plutôt tendance à aller jusqu'au bout quitte à me forcer et à frôler l'overdose livresque. Mais là, je n'ai tout simplement pas pu aller jusqu'au bout.

Si jamais vous êtes des lecteurs de ce premier tome du Livre de l'Enigme et que vous avez aimé cette lectures et les tomes qui ont suivi, n'hésitez pas à me le dire et à échanger avec moi. Ca me ferait très plaisir de lire des avis différents du mien, et qui sait, peut-être suis-je vraiment passé à côté de quelque chose d'exceptionnel. 

En bref :

Une lecture déroutante et ennuyeuse, au point de ne pas avoir réussir à tenir jusqu'au bout et à abandonner quelques pages avant la fin. Une première pour moi... 

Américain

Blankets - Craig Thomson : un roman graphique beau et touchant !

17:00

Bonjour chez vous ! 

Et si je profitais de ces heures caniculaires pour vous présenter une lecture qui devrait plutôt se lire au chaud sous un plaid devant une cheminée ? Aujourd'hui je viens vous présenter avec un peu de retard (mais toutes mes chroniques sont en retard en ce moment vous l'aurez surement remarqué) une très belle lecture.


De quoi ça parle ?

Craig est né dans une famille modeste. Il vit avec ses parents et son petit frère dans une petite ferme au fin fond du Wisconsin, et reçoit une éducation stricte et très religieuse, car sa famille est baptiste et très pratiquante. C'est un enfant sensible, qui n'est pas armé pour les brimades subies à l'école, l'autorité rugueuse de son père et la culpabilité entretenue par l'omniprésence de la religion au foyer. Il se réfugie dans le dessin, activité dérisoire pour ses éducateurs qui préfèreraient le voir penser à un avenir religieux. Mais lors d'une classe de neige paroissiale, la rencontre de son premier amour Raina, jeune fille à l'histoire tout aussi chargée, va marquer sa vie.

Publié chez Casterman Ecritures, 580 pages. 

Moi qui aime les BD fournies, j'ai été plus que comblée avec les 580 pages qui composent cette magnifique histoire. L'auteur y raconte son enfance, des nuits à devoir partager le même lit que son petit frère jusqu'à ses premiers temps d'adultes et son premier émoi amoureux. 

Avec ces presque 600 pages, je ne vous cache pas que j'ai plutôt pris mon temps avant de terminer le récit de l'auteur. Un récit dense qui fourmillent de détail mais un récit qui marque surtout par son honnêteté et sa sincérité. Malgré quelques longueurs j'ai aimé la relation qui se tisse au fil des pages entre Craig et Raina. L'auteur a un véritable talent pour dessiner le sentiment amoureux.

C'est tendre, beau, délicat et violent, on en aurait presque les papillons dans le ventre dans les moments les plus beau mais aussi le coeur qui se sert quand vient les désillusions du premier amour. 

En dehors de sa superbe romance, j'ai aimé la réflexion autour de son éducation, son rapport à la religion que j'ai trouvé plein de bon sens et de profondeur. Le tout inscrit dans une histoire familiale qui fait qu'on est loin d'un quelconque récit prosélyte.






En bref :

Une BD tendre et pleine d'humanité, sur le premier amour, sur la résilience, sur l'éducation et les carcans religieux. Un très beau récit.





On lit quoi cet été ?

13:09

Bonjour chez vous ! 

Aujourd'hui je vous retrouve avec une très courte idéo, assez peu travaillée et qui a souffert de quelques bugs et cafouillages mais qui a pour but d evous présenter les lectures qui feront mon été et les prochaines vidéos que vous verrez sur la chaines au cours des semaines à venir. 
J'espère que ça vous plaira, à très vite ! 


Auteure Féminine

Idéal Standard - Aude Picault : réaliste et percutant !

18:00

Bonjour chez vous !

Il est des titres que nous voit fleurir d'un coup sur la blogosphère dès leur sortie. Pour la chronique d'aujourd'hui, j'ai vu cette BD sur tous les blogs, les chaines Youtube et sur tous les réseaux sociaux possibles et imaginables. Une BD qui fait l'unanimité, forcément ça pousse un peu à la curiosité. Dès que l'occasion s'est présentée j'ai lu Idéal Standard de Aude Picault et je vous en parle tout de suite !


De quoi ça parle ?


Claire, trentenaire, infirmière en néonatalogie, voit défiler ses relations amoureuses et désespère de construire un couple – le vrai, le bon, l'idéal. En choisissant de vivre avec Franck, elle croit enfin y être arrivée. Mais la réalité standardisée de ce qui l'attend n'est pas à la hauteur... 

Publié chez Dargaud, 152 pages. 


Que se cache-t-il derrière cette bande dessinée aux couleurs pastels, aux traits épurés mais diablement efficaces ? 
Aude Picault dresse le portrait de Claire, une trentenaire rêveuse et romantique qui voit dans chacune de ses conquêtes le futur père de ses enfants. Avec son entourage qui se marie et qui commence à donner naissance à d'adorables poupons, mais avec aussi les sempiternels pressions données aux femmes concernant la maternité, Claire attend son tour avec empressement.  

A première vue, "Idéal Standard" est une BD toute gentille sur le quotidien d'une trentenaire d'aujourd'hui. Mais en dehors de son aspect un peu bonbon se cache un véritable manifeste féministe. On y dénonce les nombreuses sollicitations que nous pouvons connaitre en tant que femme à propos du couple mais en particulier avec la maternité. Que ce soit dans notre entourage mais également dans les médias, tout pousse la femme à culpabiliser de ne pas suivre sa fameuse "horloge biologique"
On aime cette bande dessinée car c'est un vrai petit plaisir de lecture, c'est dynamique, drole et touchant, mais surtout c'est une BD qui nous reste un moment en tête, c'est une histoire pleine de substance et de profondeur qui nous porte à la réflexion. C'est une très bonne découverte que je m'empresserai de recommander au plus grand nombre ! 


En bref :

Avec "Idéal Standard" je découvre une auteure au dessin qui me plait énormément. C'est fin mais intelligent et plein de profondeur, j'ai hâte de lire ce qu'elle a pu faire d'autre !

Auteure Féminine

Un fils en or - Shilpi Somaya Gowda : une vraie évasion

17:00

Bonjour chez vous !

Avec beaucoup de retard j'entame aujourd'hui les articles consacrés à mes lectures du mois de mai. Et ce premier article est un petit peu particulier puisque je vais vous parler d'un livre acheté à l'aveugle. Vous connaissez surement cette technique de vente présente dans certaine librairie ou des livres de poches sont emballés dans du papier cadeau et où la surprise est réservé à un acheteur un peu curieux.
Le livre d'aujourd'hui est un livre trouvé dans l'une de mes librairies fétiches de Lyon, une librairie spécialisée sur la littérature de voyage (un peu plus et on y verrait Hugh Grant comme dans Coup de Foudre à Nothing Hill) qui propose des livres achetés à l'aveugle.
Je n'avais jamais tenté l'expérience mais je dois dire que je pense réitérer très prochainement ! 
De quoi ça parle ?

Anil est le fils ainé d'une riche famille d'Inde. Après de prestigieuses études de médecine, il est accepté pour faire ses année d'internat au Texas et part donc pour les USA, laissant derrière lui sa famille mais surtout Leena, son amour d'enfance. Une relation que la mère d'Anil ne voit pas d'un très bon yeux, elle veut le meilleur pour son fils et souhaite une union prestigieuse. 
Leena de son côté est contrainte d'épouser un homme qu'elle ne connait pas et qui va vite se révéler être un véritable tortionnaire. 

Publié chez Folio, 544 pages



Se lancer à l'aveugle dans une lecture qui ne nous a pas été conseillé et qu'on n'a jamais désiré. C'est un exercice assez rafraichissant car je me suis lancée dans ce livre sans rien en attendre.
Les chapitres s'alternent entre l'histoire d'Anil et celle de Leena, comme ces deux parcours évoluent, se croisent et se recroisent. Le rythme est fluide bien qu'il y ait quelques temps mort par moment. J'ai quand même passé un très bon moment de lecture car malgré ses 544 pages je l'ai lu assez rapidement. 

Ce qui est surtout frappant c'est cette histoire qui dépeint la culture indienne, une culture si éloigné de nos habitudes occidentales. Les descriptions permettent vraiment de se visualiser le quotidien des personnages en Inde mais aussi le décalage que ressent Anil en arrivant aux Etats Unis. C'est un livre qui malgré ses sujets difficile permet une certaine forme d'évasion ! 
Le point négatif de ce livre concerne peut-être malheureusement le personnage d'Anil justement que j'ai trouvé assez plat, sans vraiment d'intérêt. Je me suis plus attachée à Leena dont le parcours m'a énormément touchée. En effet, le roman aborde en grande partie la question des mariages forcée et de la place de la femme dans la société indienne. Une situation sociale précaire et des malveillances qui sont parfois à la limite du supportable à lire. Je crois que les chapitres de Leena sont réellement ce qui apporte tout l'intérêt de ce roman. 
La relation qui existe entre les deux personnages ne m'a pas spécialement paru nécessaire au récit, elle était presque de trop. J'ai été assez emportée par l'histoire et certains éléments du dénouement m'ont plutôt surprises là où j'attendais une toute autre histoire ! 


En bref :

Une bonne découverte, un roman qui nous fait voyager malgré des thèmes abordés assez durs. 

Fémini-books #10 : la romance érotique, on en parle ?

11:59

Bonjour chez vous !

En mars dernier, j'avais participé avec beaucoup de joie au projet Fémini-books en vous présentant "Les Débutantes" de Courtney J Sullivan. Un roman qui m'avait ouvert aux questions sur le féminisme. Ce mois-ci, Ninon l'organisatrice du projet Fémini-books a proposé de faire un nouveau mois de découvertes littéraires féministes. Je me suis donc portée volontaire une nouvelle fois et dans un tout autre registre aujourd'hui, je vous présente "Lettre à celle qui lit mes romances érotiques et qui devrait arrêter tout de suite" de Camille Emmanuelle.


Auteure Féminine

Un petit gout de noisette - Vanyda : le plein de poésie !

17:00

Bonjour chez vous !

Il y a un peu moins d'un an, je découvrais Vanyda, auteure franco laotienne, et sa BD "Entre ici et ailleurs". Une bande dessinée sur la résilience et la quête identitaire que j'avais énormément appréciée. J'avais gardé en tête de découvrir d'autres titres de cette auteure et c'est désormais chose faite avec la chronique d'aujourd'hui ! 

De quoi ça parle ?
Quel est le cri de l’ours en néerlandais ? Qu’est-ce qu’un moment parfait ? Est-ce qu’on meurt tous les soirs pour renaître le lendemain matin ? Telles sont les questions existentielles que se posent les personnages de «Un petit goût de noisette», chacun à sa manière cherchant dans la rencontre de l’autre, le reflet de ses interrogations, une épaule sur laquelle se poser, ou tout simplement l’amour… Chacun, comme un écureuil à la recherche de la plus belle noisette ! Un très joli recueil d’histoires d’amour ! Les personnages des différentes histoires se croisent et se recroisent d’une histoire à l’autre. Certaines histoires sont vraies, d’autres sont inventées. Cela vous prend aux tripes, vous fait rêver… Vous avez des papillons dans le ventre et à d’autres moments, vous versez une larme…

Publié chez Dargaud, 208 pages. 

Quand j'avais lu "Entre ici et ailleurs" j'avais été séduite par le dessin plein de charme de Vanyda mais j'avais eu une petite frustration à avoir eu une lecture en noir et blanc. 
Avec "Un petit gout de noisette", Vanyda colorise. Et c'est... somptueux ! Cette BD est un petit recueil de nouvelles avec pour thème principal le sentiment amoureux. Tous les personnages sont liés d'une manière ou d'une autre et vont se croiser au fil des chapitres. 

Des histoires d'amour rêvées, fantasmées, avortées, brisées ou magnifiée. Vanyda propose un regard moderne et plein de tendresse sur les relations d'aujourd'hui, autour de personnages plutôt jeune adultes ou adolescents. C'est passionnant à lire, mais surtout c'est beau, beau beau ! Dans le même genre mais avec un peu plus de diversité, je vous recommande aussi chaudement "Corps Sonore" de Julie Maroh.

Chaque chapitre a une identité chromatique définie, ce qui en fait une bande dessinée absolument magnifique. Chaque chapitre dégage une ambiance particulière, une atmosphère à l'aquarelle douce qui fait de cette BD une lecture doudou parfaite !


En bref :

Une très très très jolie découverte. C'est la qualité graphique qui aura vraiment su emporter mon coeur dans cette lecture mais je suis sur que vous serez également sensibles aux histoires racontées.


Trois découvertes manga !

16:55

Bonjour chez vous !

Cela faisait un petit bout de temps que je n'avais pas tourné de vidéo pour ma chaine Youtube. Ce ne sont pas les idées qui manquent mais je dois avouet que j'ai été un peu submerger ces derniers et j'ai du en découdre avec quelques soucis de luminosité chez moi.
Mais avec le retour des beaux jours il est plus simple de prendre sa caméra en fin de matinée pour vous filmer une nouvelle vidéo.
Au programme d'aujourd'hui, une plongée dans un format littéraire totalement inédit pour moi : le manga ! Je cafouille un peu parce que je ne suis pas tellement habituée à parler de manga mais j'espère que le résultat vous plaira !

Enjoy !


Auteure Féminine

Nos âmes rebelle - Samantha Bailly : une suite toute mignonne

19:41

Bonjour chez vous !

Il y a un peu plus d'un an maintenant je découvrais avec beaucoup d'émotion "Nos âmes jumelles" de Samantha Bailly. L'histoire de deux adolescentes, l'une dessinatrice et l'autre passionnée d'écriture, qui se rencontrent sur un forum internet. De cette rencontre va naître une amitié très forte et un blog BD. 
Dans mon article sur ce livre, je m'étais énormément épanchée sur le ressentis que j'avais eu à cette lecture, comment elle était parvenue à faire naître en moi une vague de nostalgie heureuse des rencontres que j'avais pu faire moi même sur un forum internet et des amitiés qui en perduraient depuis maintenant presque dix ans. 
Du fait de l'énorme charge émotionnelle que j'avais eu avec "Nos âmes jumelles" j'ai eu un peu peur de me lancer dans sa suite et j'aurai donc fait traîner cette nouvelle lecture pendant plus d'un an. 




De quoi ça parle ?

Lou et Sonia entament leur année de terminale. Les deux adolescentes jonglent entre les cours, les révisions pour le bac et leur blog BD commun. Alors que Lou candidate à l'école des Gobelins, Sonia a plus de doutes sur son avenir.

Publié chez Rageot, 280 pages


Que se passe-t-il quand on lit le deuxième tome d'un livre qui nous a autant bouleversée ? Il ne nous reste plus que l'histoire telle qu'elle est. Et cette histoire, je dois dire qu'elle m'a beaucoup plus.

"Nos âmes rebelles" reprend exactement le même modèle de narration que le tome précédent. Une année scolaire, deux chapitres par mois, chacun du point de vue des deux protagonistes. Un rythme fluide qui permet une lecture rapide, je crois qu'il ne m'aura pas fallu plus de deux jours avant de terminer ce petit roman. 

Ce que j'aime chez Samantha Bailly c'est ça façon d'écrire l'adolescence avec autant de justesse. Là où je peux trouver que les traits sont exagérés chez d'autres auteurs, j'ai trouvé que Lou et Sonia était parfaitement caractérisées, on arrive à s'identifier aisément à ces deux jeunes filles qui sont aussi touchantes qu'imparfaites. J'ai vraiment l'impression de lire une histoire vraie, et ça fait vraiment du bien ! 

Au niveau de l'histoire, "Nos âmes rebelles" est la digne suite de son prédécesseur, ça se lit très bien et je me suis vraiment accrochée à l'histoire (ce que je craignais vraiment). On suit l'évolution des personnages dans leur dernière année de lycée. Pas de rebondissement incroyable mais une histoire toute mignonne et touchante avec des passages qui ont su réellement m'émouvoir ! 


En bref :

Une suite très mignonne et accrocheuse, je suis conquise par Lou et Sonia et j'attends désormais avec impatience la suite de leurs aventures dans le prochain tome ! 

Américain

La fille maudite du capitaine pirate - Jeremy Bastian : époustouflant !

18:57

Bonjour chez vous ! 

A l'heure où Johnny Depp enfile une nouvelle fois son costume de Jack Sparrow, il est temps pour moi de vous présenter une BD que j'avais dans ma pile à lire depuis Noël et que je n'ai lu que tout récemment. 




De quoi ça parle ?

La fille maudite du capitaine pirate est bien décidée à retrouver son père. Pour cela, accompagnée d'un fidèle perroquet, elle tente coute que coute de braver les dangereuses et mystérieuses mers d'Omerta. 

Publié chez La Cerise, 128 pages.


Embarquez avec la fille maudite du capitaine pirate sur les mers d'Omerta à la recherche de son père. Plongez dans des contrées lointaines, magiques, inquiétantes, mystérieuses et dangereuses. Comptez sur un fidèle perroquet parlant et deux espadons bagarreurs et vous aurez la recette gagnante de ce premier tome de Jeremy Bastian.

128 pages pour présenter un univers riche de ses personnages et de ses décors. Un monde magique qui évoque bien évidemment l'univers des Pirates des Caraïbes mais aussi, assez étrangement, Alice au Pays des Merveilles. Je ne saurai pas trop comment l'expliquer, mais cette BD m'a rappelé l'univers de Lewis Caroll, et pour moi c'est un très bon point ! J'ai aimé l'ambiance dans laquelle on est immédiatement plongé et la perspective des aventures qui restent à découvrir dans les tomes suivants.
Je suis assez peu familière avec les histoires de pirateries mais je me suis laissée prendre au jeu très rapidement, en grande partie grâce au personnage principal que j'ai trouvé très intéressant. La fille maudite du capitaine pirate est une petite fille combative et déterminée qui nous réserve beaucoup de surprise dans les tomes à venir, j'en suis sur !

Et bien sur, je ne peux pas parler bande dessinée sans évoquer le dessin. Je suis désespérée que les images que je joins à cet article ne puisse pas rendre justice au travail phénoménal de cette bande dessinée !
Habituellement, je préfère avoir des bande dessinées en couleur même si j'ai eu de très bonne surprise avec le noir et blanc, mais je crois que La Fille Maudite a de loin dépassé mes attentes en termes de dessins monochrome. Entièrement réalisé à l'encre de Chine, la BD nous offre des fresques immenses avec un niveau de détails impressionnant. On se surprend à rester plusieurs minutes sur un même dessin pour en apprécier tous les aspects et la précisions incroyables des décors, des costumes, des personnages. J'ai aussi énormément aimé le travail de cadre et le style des bulles de dialogues données à certains personnages.

Pour son travail à l'encre aussi minutieux, La Fille Maudite rentre dans la catégorie des plus belles bandes dessinée que j'ai pu lire jusqu'à maintenant !




En bref :

Une découverte pleine de surprise, une univers riche qui me donne beaucoup d'espoir pour les tomes à venir, mais surtout un travail esthétique à couper le souffle ! Un petit bijou à mettre dans toutes les bibliothèques ! 

Auteure Féminine

Tiens-moi fort - Marie Frydman : un très beau récit

21:46

Bonjour chez vous !

Quand je découvre une nouvelle chaine Youtube qui parle de littérature je cherche toujours si il existe une vidéo sur un top ultime de livre préféré. Personnellement, découvrir les livres préférés d'une personne me donne une idée de ce que je vais trouver sur le reste de sa chaine.
Et puis parler, entendre quelqu'un parler de son livre préféré c'est toujours un moment assez émouvant car l'affect passe au dessus de l'objectivité (si on peut parler d'objectivité quand on parle de livre bien sur) que l'on a avec les autres livres.
Il y a quelques mois j'ai découvert avec beaucoup de plaisir la chaine "Il était une fois Perseneige", qui traite merveilleusement bien des classiques, du théatre et des lectures de l'imaginaire. Une chaine qui sort un petit peu de ce que j'ai l'habitude de regarder habituellement et à laquelle j'ai beaucoup accroché. Dans sa vidéo sur les livres qui ont changé sa vie, Perseline place en première place non pas un classique, non pas une pièce de théâtre, mais un roman français contemporain. Intriguée, j'ai ajouté le livre à ma wishlist en pensant le lire dans un futur plus ou moins lointain... jusqu'à ce que ma soeur me l'offre pour mon anniversaire !



De quoi ça parle ?

Laura, 23 ans et une solitude immense, un père absent et un célibat qui s'éternise. Laura essaye tant bien que mal de combler le vide qui grandit en elle comme sourire à un inconnu dans le métro ou charmer le caissier du magasin bio. Sa quête d'amour la poussera jusqu'en Corse, dans le désert des Agriates où elle va peut être enfin trouver un sens à sa vie. 

Publié chez Plon, 179 pages.

"Tiens moi fort", c'est le récit d'une solitude insupportable à vivre, et à lire ! J'ai un ressentis assez ambivalent envers Laura, le personnage principale de ce roman. Je l'ai trouvée assez agaçante et complaisante par moment. Très souvent, j'ai eu envie de la secouer pour qu'elle se prenne en main et qu'elle sorte de sa torpeur, et puis je la voyais se débattre comme elle pouvait dans un mal être étouffant et j'ai eu de la peine pour elle. 

C'est un petit roman (178 pages) que vous lirez assez vite car le style est fluide mais il y a aussi une certaine beauté dans l'écriture. Marie Frydman, psychologue de formation, parvient à retranscrire de la manière la plus juste possible les pensées et les tourments de son personnage. C'est certainement le point le plus fort de ce livre. On se laisse porter par l'écriture mais malheureusement j'ai traversé les chapitres sans grand engouement. 


Qu'est ce que c'est, un livre qui marque ? 

Dans sa vidéo, Perseline évoque l'impact émotionnel qu'a provoqué en elle ce roman alors que de mon côté ça a plutôt été une lecture assez banale. Qu'est-ce qui fait qu'un livre soit plus percutant pour une personne que pour une autre ? Je ne pense pas qu'il existe un livre qui puisse convaincre à l'unanimité. Un livre, c'est une rencontre à un moment précis, avec une personne qui a un vécu, des envies, des aspirations particulières et sa sensibilité propre. De cette rencontre va naitre une alchimie, une magie qui va faire qu'un livre nous marque plus qu'un autre. Un livre qui marque c'est quelque chose de personnel, d'intime, que personne ne pourra jamais totalement saisir avec exactitude. 

Auteure Féminine

Corps Sonores - Julie Maroh : BD engagée !

19:02

Bonjour chez vous ! 

Il y a de ça un bon moment maintenant, je vous avais présenté ici le roman graphique "Le bleu est une couleur chaude" de Julie Maroh. L'histoire d'amour entre deux femmes qui est surtout connue pour avoir été adapté il y a quelques années sous le titre "La vie d'Adèle". Je vous avais confié à quel point j'avais détesté le film mais que ma curiosité m'avait poussée à emprunter la BD auprès d'une copine. Avec cet emprunt, j'ai découvert une plume, un trait unique et une auteure qui avait écrit une histoire d'amour sublime et sensible. Aussi, quand j'ai commencé à voir sa nouvelle bande dessinée trainer sur les têtes de gondoles des librairies, je n'ai pas trainé pour me l'acheter ! 

De quoi ça parle ?

A travers une vingtaine d'histoires, Julie Maroh parle d'amour. Sous le ciel de Montréal des inconnus se rencontrent, s'aiment, de déchirent, se séparent, se retrouvent, s'unissent. Blanc, noir, hétéro, gay, trans, valide ou en situation de handicap, petit, grand, beau et laid se croisent et se mêlent autour de ce sentiment aussi merveilleux qu'inexplicable. 

Publié chez Glénat, 300 pages

J'ai toujours l'impression de distribuer des bons points quand je tombes sur une bande dessinée qui fait plus de 100 pages. Mais pour moi c'est un facteur tellement important pour mon appréciations de celles-ci ! Il me faut le temps de me mettre dans l'histoire et l'ambiance de l'auteure ! 

300 pages de bonheur dans cette BD qui racontes plusieurs histoires, certaines prennent plus de pages que d'autres ( à mon plus grand regret je dois avouer par moment). Des histoires comme des instantanées du quotidien où des gens se croisent, se rencontrent, s'aiment et se séparent. Ce qui fera l'originalité de cette bande dessinée c'est avant tout la diversité des personnages et des situations amoureuses présentés. Ici, pas de dominance de couple blanc et hétéro digne des plus beau magazine de mariage mais un éventail large de physiques, d'ethnies et de relations amoureuses. 
J'ai aimé la diversité des personnages présentés, mais je crois que ce que j'ai préféré aussi c'est que les histoires ne parlent pas que de rencontres et de coups de foudre. Ici on a aussi les instants de doutes, les déceptions amoureuses, les ruptures, les chagrins, les fantasmes, les joies, les espoirs ou les déceptions. Le sentiment amoureux est traité dans toute sa largeur, aussi bien au sens spirituelle que physique, dans ses bons comme dans ses mauvais moment et le tout est appuyé par sa multitude de personnages. 

En ce qui concerne le trait, j'ai aimé mais je dois reconnaitre que j'ai trouvé le dessin un peu moins bon que dans la première BD que j'ai lu de Julie Maroh. Le trait est parfois un peu brouillon et j'ai vraiment aimé un peu de colorisation ici. Mais certaines planches restent malgré tout très belles ! 


En bref :

Une BD sur le sentiment amoureux et sur des gens qui s'aiment. C'est beau. Tout simplement !

Auteure Féminine

Luisa, ici et là - Carole Maurel : récit touchant sur la quête de soi

18:45

Bonjour chez vous ! 

Faut-il encore que je vous présente Carole Maurel ? Dessinatrice de talent que j'ai découverte avec "L'apocalypse selon Magda" qui avait été un coup de coeur puis avec "Collaboration Horizontale" qui avait été aussi un énorme coup de coeur !
Aujourd'hui, je reviens avec une troisième BD d'elle, mais celle-ci a une petite particularité ! Cette fois-ci Carole Maurel est au dessin, mais également au scénario ! 


De quoi ça parle ?

D’un côté, il y a Luisa, 33 ans, photographe culinaire célibataire et incapable de vivre plus de quelques semaines avec un homme. De l’autre, Luisa, 15 ans, des rêves plein son sac à dos, une folle envie de trouver l’amour et de vivre de la photographie… Mais aussi des sentiments inassumés pour Lucie, sa copine homosexuelle.

Un jour, aussi invraisemblable que cela puisse lui paraître, la Luisa adulte voit débarquer sur le pas de sa porte l’ado qu’elle était ! Cette rencontre sera décisive pour la jeune femme car elle fera remonter à la surface des frustrations trop longtemps enfouies.

Publié chez La boite à Bulle, 272 pages.


Vous connaissez l'idée d'écrire une lettre à son futur soi pour qu'il n'oublie pas nos rêves d'ado, nos espérances, nos craintes et à quel point on espère ne jamais devenir un gros con plus tard ? Eh bien c'est un petit peu le principe de cette bande dessinée dans laquelle Luisa 15 ans se matérialise devant Luisa 33 ans. 

Cette rencontre va faire des étincelles car Luisa 33 ans ne se reconnait plus dans celle qui représente ce qu'elle a été plus jeune tandis que Luisa 15 ans se désespère de l'avenir qui l'attend : un futur où frustration, déception et solitude semblent être au rendez-vous ! 
Entre les deux personnages c'est comme un choc des générations et la BD va explorer cette bataille entre le soi du passé et le soi du présent. Une belle métaphore très touchante sur la quête de soi, sur l'affirmation de ses sentiments et de ses ambitions. C'est beau et comme d'habitude avec Carole Maurel, le dessin est à la hauteur ! Des colorisations riches et ingénieuses et une caractérisation intéressante des personnages. C'est beau, tout simplement !

Il y a quelques jours quand j'ai terminé ma lecture je ne me suis pas rendue immédiatement compte de la portée que cette BD pouvait avoir sur moi et pourtant plus j'y pense et plus je la trouve profonde. Que dirais votre vous du passé en vous voyant aujourd'hui ? C'est la question qu'il faut se poser ici. Je me suis souvenue que je m'étais écris une lettre il y a quelques années, je l'avais posté sur un ancien blog (hors de question que je vous donne le lien haha !) et j'ai pris le temps de la relire avant d'écrire cet article. Même si ce petit billet de blog n'a que quatre ans, je peux dire que je me suis déjà énormément éloignée de certaines espérances que je pouvais avoir lors de mes 21 ans. Ce constat est un peu étrange, un peu triste aussi car il y a quatre ans j'avais une tout autre idée de ce qui me rendrait heureuse. Aujourd'hui, j'ai certains points communs avec mon moi du passé, j'ai des divergences aussi. Je ne sais pas qui de nous deux a le plus raison...

En bref :

C'est donc ça une BD de Carole Maurel quand elle est au scénario ? C'est nous livrer une esthétique parfaite et remettre toute notre vie en question ? Peut-être ! J'ai un drôle de sentiment sur cette BD, je ne saurai dire si je l'ai aimé ou pas. Mais je ne peux pas nier que je l'ai trouvé extrêmement touchante et intelligente ! 

Auteure Féminine

Récits du Demi Loup, t.2 : Les terres de l'Est - Chloé Chevalier : une immense réussite !

18:16

Bonjour chez vous ! 

Il y a un peu plus d'un an maintenant, je découvrais avec beaucoup de joie et d'enthousiasme le premier tome de la saga "Récits du Demi Loup" de Chloé Chevalier. Avec "Véridienne", l'auteure était parvenue à créer un univers riche avec des personnes féminins forts. Cet hiver j'avais récidivé avec "Fleur au creux des ruines", un petit recueil de nouvel qui prend place dans le même univers et qui avait immédiatement été un coupe de soeur pour moi. 
Et aujourd'hui je vous retrouve avec le tome 2. J'avoue avoir un peu trainé avant de me lancer dans cette lecture et maintenant je me demande bien pourquoi je n'ai pas ce livre plus tôt ! 

Zéro spoiler concernant ce deuxième tome mais aussi le premier !


De quoi ça parle ?

Pour ne pas dévoiler les éléments marquants de la fin du premier tome je ne vous ferai pas de résumé cette fois-ci. Sachez seulement que l'action prend place deux ans après la fin des évènements du premier tome. 

Publié chez Les Moutons Electriques, 327 pages. 


J'ai été plus qu'enchantée par ma lecture ! Ca faisait quelques temps que je n'avais pas eu un lire qui occupe toutes mes pensées entre deux sessions de lecture. Moi qui suis toujours un peu inquiète quand il s'agit des seconds tomes qui sont bien souvent moins bons que les premiers je dois dire que j'ai eu une très grosse surprise ici !

"Les Terres de l'Est" étend un peu plus l'univers du Demi Loup et j'ai été émerveillée devant la richesse et la profondeur de cet univers. Que ce soit au niveau politique, économique, mythologique et sociale, Chloé Chevalier a accomplit l'exploit de construire un monde convaincant dans lequel j'ai plongé allègrement !

Le premier tome avait été très introductif, il nous présentait ses personnages et dessinait les premiers contours de l'intrigue. Là où on quittait des personnages à la sortie de l'adolescence, ce sont désormais de jeunes adultes que nous retrouvons et que nous suivons avec beaucoup de plaisir. Pas mal de temps sépare ma lecture des deux tomes et j'ai eu assez peur d'être un peu perdue en reprenant, mais très vite chaque prénom, chaque personnalité m'est très vite revenue.
Les personnages sont encore plus approfondis, leur psychologie complexe ne laisse aucune place au manichéisme et c'est vraiment très appréciable ! Mon seul et unique petit reproche aura été le manque de présence de certains personnages au profit d'Aldemor qui est certes un personnage très intéressant mais qui est difficilement attachant. J'aurai aimé pouvoir suivre un peu plus les filles, aussi bien les princesses que leurs Suivantes. 
Il y a aussi énormément de révélations et de rebondissements mais Chloé Chevalier parvient à trouver le juste milieu entre ce qu'elle veut nous révéler et ce qu'elle sous entend pour les suites de l'histoire, j'adore ! 

Parlons écriture maintenant, j'avais évoqué à plusieurs reprises dans certaines de mes chroniques l'importance des dialogues selon moi. Ici ils sont assez rares et pourtant le rythme n'en est pas affecté. Pour moi, c'est la preuve ultime du talent de Chloé Chevalier ! Ils sont très rares les auteurs qui parviennent à me garder totalement attentive avec de très gros paragraphes sans dialogue. J'aime son style qui est rythmé, son écriture qui est à la fois fluide mais aussi très poétique. J'aime la construction de son histoire et de sa narration qui ont réussi à m'emporter bien loin de ma petite vie lyonnaise ! 


En bref :

Un coup de coeur ! Une réussite ! J'aimerai pouvoir embaucher Chloé Chevalier pour qu'elle me raconte des histoires avant de m'endormir, j'aimerai lire les Récits du Demi Loups pour des années encore ! Je suis convaincue du potentielle de cette saga et vous pourrez compter sur moi pour en faire longtemps la promotion encore ! Mais pour l'instant je prends mon mal en patience et j'attends le tome 3 qui sort le 1er juin !  

Américain

Comme par Magie - Elizabeth Gilbert : un guide créatif inspirant !

18:57

Bonjour chez vous !

Si vous me suivez sur ma page Facebook ou mon compte Twitter, alors vous êtes surement au courant que je me suis remise à l'écriture ce mois-ci pour le challenge du CampNano. Petit frère du NaNoWriMo qui prend place en novembre, ici il ne s'agit pas de s'imposer 50 000 mots à écrire mais de placer soi-même son propre objectif de lecture. Je me suis fixée sur 30 000, soit 1000 mots par jours. En tout sincérité, je ne pense pas réussir ce challenge ce mois-ci parce qu'à la différence du moins de novembre, je n'ai pas un rythme qui me permet d'être constante et motivée dans mon écriture. 
Pourtant, j'ai sauté sur l'occasion de ce nouveau défi pour lire un livre qui me tentait depuis un petit moment maintenant : "Comme par magie" de Elizabeth Gilbert. 


De quoi ça parle ?

Depuis près de dix ans, des milliers de lecteurs de par le monde ont été inspirés et influencés par les livres d'Elizabeth Gilbert. Aujourd'hui, l'auteur puise dans son propre processus de création pour partager avec nous sa sagesse et son point de vue unique sur la créativité, et nous encourager à aller à la recherche de notre inspiration. Elle nous montre comment capturer ce que nous aimons le plus et comment tenir tête à ce qui nous fait peur ; évoquer les attitudes, les approches et les habitudes dont nous avons besoin pour vivre notre vie de la façon la plus créative qui soit. Que nous souhaitions écrire un livre, relever de nouveaux défis professionnels, poursuivre un rêve trop longtemps mis de côté ou simplement insuffler un peu plus de passion dans notre quotidien, Comme par magie nous ouvre les portes d'un monde de merveille et de joie.

Publié chez le Livre de Poche, 288 pages. 

A travers ce petit livre de développement personnel, Elizabeth Gilbert nous livre sa philosophie créative. Je connais l'auteure uniquement de nom et de réputation, je n'ai pas lu son best seller "Mange Prie Aime" et j'avais à peine réussi à vois plus de 30 minutes de son adaptation. Pourtant, le sujet de "Comme Par Magie" me tentait beaucoup, et surtout j'ai vu qu'il avait été chaudement recommandé par l'auteur Samantha Bailly. 

En moins de 300 pages, Elizabeth Gilbert parle de son rapport à la créativité, à l'écriture, à son métier de romancière et à ses différents échecs et réussites. C'est autant une autobiographique qu'un livre de développement personnel. Avec beaucoup de bienveillance et de positivité, l'auteure nous dispense de ses conseils en matière de créativité. 

J'ai aimé ce petit livre pour sa positivité qui s'en dégage, c'est un essai motivant qui nous donne envie de nous bouger pour créer autour de nous et pour partager notre passion ! C'est pile ce qu'il me fallait en cette période de challenge d'écriture. De plus, même si le livre parle essentiellement d'écriture (oui puisqu'Elizabeth Gilbert est avant tout romancière), les conseils donnés peuvent tout aussi bien s'appliquer à toute autre passion créative : la musique, le dessin jusqu'au jardinage. Ne vous sentez pas lésés si vous n'écrivez pas. Je conseillerai ce livre à toutes les personnes passionnées, quelques soit leurs passions !

"Je ne connais pas vos capacités, vos aspirations, vos désirs les plus chers et vos talents les plus secrets. Mais à n’en pas douter, vous abritez en vous quelque chose de merveilleux. Je déclare cela en toute confiance, car je suis convaincue que nous sommes tous les dépositaires vivants de trésors enfouis. Je crois que c’est l’un des tours les plus anciens et les plus généreux que l’Univers joue aux êtres humains, autant pour son propre amusement que pour le nôtre : l’Univers enfouit profondément en nous des pépites singulières , puis il attend de voir si nous serons capables de les trouver. La quête pour découvrir ces pépites, c’est cela, une existence créative."

Si je devais émettre un petit avis négatif, c'est que comme beaucoup de livres de développement personnel (même si j'avoue que j'en lis assez peu, et justement pour cette raison-là), j'ai trouvé qu'il y avait pas mal de redondances dans les propos. Dès la première moitié du livre, on comprend la thèse défendue par l'auteure et très vite tout nous parait un peu superflu au point que la lecture peut devenir un peu lassante. Néanmoins, si vous manquez de confiance en vous pour franchir le pas et vous lancer dans vos passions, alors ce livre sera parfait pour vous !

En bref :

Une lecture agréable, quoiqu'un peu répétitive par moment, mais qui saura ravir tous les passionnés et les créatifs. 

Auteur Masculin

Moi, Peter Pan - Michael Roch : contemplatif et poétique

18:17

Bonjour, chez vous ! 

Etre blogueur littéraire (ou youtubeur depuis quelques temps) c'est voir son mode de consommation de livre changer radicalement. Je ne choisis plus mes livres de la même manière maintenant qu'il y a quelques années. Très souvent, je me fie aux recommandations des autres chaines ou des autres blogs.  Pour l'article d'aujourd'hui c'est encore plus particulier puisqu'il s'agit du roman de Michael Roch, le co créateur d'une chaine Youtube de qualité que je vous conseille si vous ne connaissez pas encore (La brigade du livre : ici !).
Et forcément, quand un youtubeur dont j'apprécie le travail sort un livre ça m'interpelle, et quand le livre en question est une réécriture de conte je suis alors d'autant plus curieuse parce que je ne suis pas familière du genre !

De quoi ça parle ?

« – Tu pleures ?
Les montagnes sont bleues derrière ses yeux. Une couleur de pluie passée qui regarde, une fois au sol, le souvenir amer de son nuage.
– Peter, répète-t-elle, tu pleures ? »

Offrant une nouvelle vision du personnage, complémentaire et à la fois détachée de celle imaginée par James M. Barry, Michael Roch revisite le mythe du garçon qui ne veut pas grandir.

Moi, Peter Pan est un roman contemplatif, onirique et d’une poésie saisissante à lire en empruntant le chemin vers la deuxième étoile à droite avant de filer tout droit jusqu’au matin…

Publié chez Le Peuple de Mu, 136 pages. 


Comme je viens je le dire, je ne suis pas une adepte des réécritures de contes, et je ne suis même pas forcément très familiarisée avec les textes de contes originels. Sortie de Alice au Pays des Merveilles et les contes de Perrault, je crois bien n'avoir jamais lu d'autres classiques du genre. 

Aussi, pour "Moi, Peter Pan" j'ai commencé ma lecture en étant armée que de mes souvenirs du film d'animation Disney et des films Hook et Neverland. Autant dire que Peter Pan, je connais l'histoire, mais pas non plus dans ses moindres détails.

A travers ce petit roman de 136 pages, Michael Roch imagine une suite à l'histoire de Peter Pan, une suite dans laquelle le roi des Enfants Perdus doit vivre après le départ de Wendy. Durant plusieurs chapitres qui représentent une journée type dans son Pays Imaginaire, Peter va rencontrer tous les personnages que nous connaissons de cet univers : pirates, fée Clochette, enfants perdus, Lili la tigresse et tous les autres.

Pour chaque chapitre on plonge un peu plus dans la personnalité tourmentée et mélancolique du jeune garçon qui ne veut pas grandir. Ne vous attendez pas à un roman plein de rebondissement, on n'a que 136 pages devant nous ! Ici, on est plus dans l'introspection de Peter Pan, de ses pensées et de sa philosophie de vie. C'est écrit avec beaucoup de malice et de poésie ce qui m'a rendue cette lecture très agréable ! Je ne suis pas tellement une adepte des récits contemplatifs comme celui-ci mais j'avoue m'être laissée portée jusqu'au bout de cette petite lecture qui aura été une belle découverte.


En bref :

Une suite imaginée de l'histoire de peter Pan servie par un texte d'une très grande qualité lyrique et mélancolique !

Américain

La tour de Babylone - Ted Chiang : un recueil SF pointu !

17:00

Bonjour chez vous ! 

J'ai un plaisir assez coupable quand il s'agit de cinéma, c'est la science fiction. Ca me fait toujours rêvé de pouvoir me plonger dans un film qui imagine un futur possible, de voir des technologies imaginés par des réalisateurs de talents, de découvrir des mondes au delà de notre planète bleue. Pourtant la science fiction est un genre que je lis assez rarement. Surement parce que je préfère paresseusement qu'on me serve un super monde au cinéma plutôt que de faire l'effort de l'imaginer au travers d'un texte. 

Pourtant pour la chronique d'aujourd'hui nous allons parler futur, technologie et langage avec le recueil de nouvelle de Ted Chiang : "La tour de Babylone" !


Pas de résumé général pour cette chronique puisqu'il s'agit d'un recueil de nouvelle mais si vous vous lancer dans cette lecture sachez qu'il sait en majorité de nouvelles de sciences fictions qui prenne part dans un futur plus ou moins proche. Certains sont des dystopies, certains au contraires se passent dans un passé plus ou moins lointain. bref, chaque nouvelle est très différente et elles mériteraient presque toute un article à part entière tant elles ont leurs qualités et leurs défauts. 

Huit nouvelles dans ce recueil qui auront été toutes plus ou moins faciles à aborder pour moi. Car oui, Ted Chiang a un style assez particulier et une imagination débordante. Le texte est assez pointu et les connaissances scientifiques exposées au travers de ses nouvelles rendent par moment les histoires assez complexes à comprendre. 
Toutefois certaines ont été de vrais pépite d'ingéniosité. Avec pour chaque nouvelle une narration et un contexte différent, je me suis perdu à travers ce dédale d'histoires qui ont toute pour point central la communication et le langage. Que ce soit par les paroles, les gestes,  le visuel. Ted Chiang aborde la question des liens qui nous unissent ou qui pourraient nous unir à des êtres venus d'une autre planète. D'ailleurs, ce qui m'a motivée à lire ce recueil est la nouvelle "L'histoire de ta vie" qui a été adapté il n'y a pas très longtemps sous le nom "Premier Contact", film de science fiction qui frise le génie et que je vous recommande chaudement !


En bref :

Une lecture ardue par moment mais pleine de qualité qui plaira aux amateurs du genre. De la très belle science fiction qui fait rêver, qui inquiète et qui nous projets vers l'humanité de demain !



Auteure Féminine

Derrière la haine tome 1&2 - Barbara Abel : récit sombre et malsain

17:00

Bonjour chez vous ! 

Si vous suivez le blog régulièrement alors vous savez que j'aime les histoires de voisinages, quelque soit le genre de bouquin : romance, drame, thriller. J'aime ces histoires qui mêlent des personnes qui se croisent quotidiennement et qui, d'une manière ou d'une autre, tisse des liens car leur premier point commun est avant tout la proximité de leur lieu de vie. 
Aujourd'hui je vous retrouve avec une nouvelle chronique littéraire : un thriller qui prend place dans deux maisons mitoyennes. 

De quoi ça parle ?

Leatitia et David vivent tous les deux dans une belle maison avec leur fils de 7 ans, Milo. De l'autre côté de la haie, il y a Tiphaine et Sylvain, mais aussi Maxime, qui a également 7 ans. Les deux couples développe une amitié forte et fusiconnelle tandis que les deux petits garçons grandissent aussi soudés que des jumeaux. Jusqu'au jou où un drame survient et ou le bonheur de ces deux familles volent en éclat. Dès lors, plus rien n'est comme avant. 

Publié chez Pocket, 344 pages. 


Je dois bien avouer que j'ai un peu tarder avant de vous écrire cette chronique. J'ai tellement attendu pour vous l'écrire qu'entre temps j'ai lu le deuxième tome histoire de pouvoir me faire un avis définitif. Et là encore, je n'arrive toujours pas à savoir si j'ai apprécié ma lecture.

Je pense que je vais procéder de façon très pragmatique et laisser mes émotions de côté. "Derrière la haine" et son deuxième tome "Après la fin" sont deux romans qui sont impossible à lâcher. L'intrigue est prenante de bout en bout et une fois commencé il est presque impossible de lâcher le livre avant la fin. Pour le tome 1, comme pour le tome 2, ça a été des lectures très rapides. Ce qui en général est plutôt bon signe pour moi.

En revanche, il aura fallu attendre le deuxième tome pour que je mette enfin le doigt sur un aspect qui me cachait la lecture : le style d'écriture. Car même si l'intrigue est captivante, l'écriture peut être par moment très lourde. L'auteure utilise énormément d'exagération et son style confère à son histoire un aspect très pathétique. Barbara Abel insiste énormément sur la misérabilité de ses personnages. A force de répétition et d'extrapolation, on finit par avoir une sensation de malaise tout le long de la lecture. Oui, les personnages passent par des évènements tragiques. Oui, la caractérisation des personnages est plutôt bien faite. Mais bon sang, on insiste beaucoup trop sur leur malheur pour ne pas assez rentrer dans certains détails qui méritaient amplement d'être exploités.

Cette d'urologie a été une lecture prenante, mais frustrante. Pour chacun des tomes, la fin arrive beaucoup trop vite et laisse de côté des aspects de l'histoire non exploité. Et si pour "Derrière la haine" on peut avoir la promesse d'un deuxième tome, j'ai terminé "Après la fin" avec beaucoup d'amertume. Beaucoup de piste encore peu exploité, et aucune suite de prévue ! 

"Le malheur est un fardeau qui, à l'inverse du bonheur, ne se partage pas."

En bref :

Malgré l'ambiance lourde de ces roman, je leur reconnais quand même un tas de qualités. Deux lectures que j'ai dévoré en un rien de temps. Malgré des pistes peu exploitées au profit de l'introspection beaucoup trop lourde des personnages, cette lecture aura su se montrer prenante et m'aura gardé réveillée une bonne partie de la nuit !

Autres

Fémini-books : mon rapport au féminisme avec Les Débutantes de J. Courtney Sullivan

07:36

Bonjour chez vous !

Un petit post très matinal pour vous présenter ma participation au projet "Fémini books". A l'initiative de Opalyne, plusieurs bloggueurs et booktubers se mobilisent ce mois de mars à l'occasion de la journée internationale du droit des femmes pour vous présenter le féminisme à travers la littérature. Je suis vraiment très heureuse de pouvoir apporter une petite contribution à ce projet et en voici le résultat en vidéo, n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé !



Australien

Petits secrets, grands mensonges - Liane Moriarty : de quoi ravir les fans de Desperate Housewives

18:00

Bonjour chez vous, 

Je réalise que depuis le début de l'année je vous parle beaucoup de bande dessinée mais assez peu de roman. Aujourd'hui retour sur ma dernière lecture, une découverte australienne que j'ai beaucoup apprécié ! 



De quoi ça parle ?

Dans la pénincule de Pirriwee, non loin de Sydney, tout le monde se connait. Jane, nouvellement arrivée en ville avec son petit garçon de cinq ans, tente comme elle peut de s'intégrer en ville. Elle se lie d'amitié avec Madeline et Céleste, deux mamans d'enfants en bas âge également. Tout aurait bien pu se passer si, le jour de la rentrée, le fils de Jane ne s'était pas retrouvé accusé d'avoir tenté d'étrangler la fille d'une maman d'élève influente en ville.


Publié chez Albin Michel, 475 pages. 

"Petits secrets et grands mensonges" est un best seller australien qui connait depuis peu une adaptation sur la chaine cablée américaine HBO (chaine bien connue pour produire des séries de qualité telles que Game of Thrones, Westworld, Sex and the City et j'en passe). Porté à l'écran par Jean Marc Vallée (un réalisateur que j'adore) et incarné par un casting de rêve (Nicole Kidman, Reese Witherspoon, Shailene Woodley, etc etc etc etc...) cette série décrite comme le nouveau "Desperate Housewives" a très vite attiré mon attention et c'est donc tout naturellement que je me suis penchée sur le bouquin !

Et ce que je peux dire c'est que ce roman tient toutes ses promesses. On est très vite prit par cette histoire dont la narration est très théatralisé. Au début ou à la fin de certains chapitres nous avons des "témoignages" de plusirus personnages secondaires, comme si ces derniers faisaient une déposition. Tous parlent d'un drame survenu. Une seule certitude pour le lecteur : quelqu'un a trouvé la mort. Mais on ne sait pas qui, ni dans quelle circonstance. "Petits secrets, grands mensonges" retrace plusieurs mois de la vie quotidienne d'une petite ville où tout le monde se connait sans vraiment se connaitre. La comparaison avec "Desperate Housewives" n'est pas abusée, il y a vraiment des points communs avec la célèbre série de la chaine ABC.
Difficile de ne pas s'attacher aux personnages féminins principaux qui sont toutes touchantes dans des registres totalement différents ! J'ai particulièrement aimé cette lecture car elle m'a mené en bateau tout du long. Durant mes heures de lecture j'ai contrsuit tout un tas de théorie quant au dénouement jusqu'à être particulièrement surprise par la fin. Une fois qu'on est prit dedans on a du mal à s'arrêter de lire tant on a envie de connaitre la fin !

« Les parents sont en effet enclins à se juger les uns les autres. J’ignore pourquoi. Peut-être parce que aucun de nous ne sait vraiment ce qu’il fait. »

En bref :

Une lecture très sympa et agréable, un récit très bien construit avec des personnages forts et attachants ! Soyez surs que je vais très bientôt regarder la série pour me faire mon idée sur cette nouvelle adaptation!

Adaptation

Et si on parlait adaptation ?

18:07

Bonjour chez vous !

Aujourd'hui à l'occasion de la sortie en salle des adaptations de "Patients" de Grand Corps Malade et de "Porno" de Irvine Welsh, qui sont parmi mes livres préférés depuis très longtemps maintenant, j'ai voulu vous parler de mon rapport aux adaptations littéraires. 

C'est un sujet qui me tient beaucoup à coeur et je voulais en parler depuis longtemps, très très très longtemps, sans jamais trop savoir quel angle aborder. Et puis le 1er mars approchant j'ai eu l'idée d'en faire une vidéo Youtube et après quelques heures d'écriture pour savoir comment aborder la chose, les mots me sont finalement venus ! 

Je vous propose donc cette nouvelle vidéo, j'espère que vous l'apprécierez, n'hésitez à me donner également votre avis sur les adaptations littéraires !


Auteur Masculin

Marie-Antoinette : carnet secret d'une reine - Benjamin Lacombe : magnifique mais creux

12:19

Bonjour chez vous ! 

Presque un an après mon premier article sur Benjamin Lacombe, je remets le couvert une nouvelle fois puisque je me suis procurée un ouvrage supplémentaire de sa magnifique bibliographie !
Parmi tous les titres de Benjamin Lacombe qui me tentent le plus, il y avait celui sur Marie-Antoinette mais je ne le voyais jamais en librairie. Dernièrement, je l'ai croisé par hasard dans les rayons de la Fnac. Plus d'hésitation cette fois-ci je l'ai acheté sans même y réfléchir ! 


De quoi ça parle ?


Qui n'a jamais rêvé de s'immerger dans l'intimité de Marie-Antoinette, archiduchesse d'Autriche, dernière reine de France et de Navarre, femme célèbre et controversée devenue un véritable mythe ? Sous la forme d'une belle édition à la fabrication soignée, nous vous proposons de découvrir son journal intime. Porté par Benjamin Lacombe, accompagné par le regard de Cecile Berly, historienne, spécialiste de Marie-Antoinette, ce carnet d'une richesse graphique inouïe (peintures, aquarelles, crayonnes) mêlera certaines des lettres authentiques de Marie-Antoinette, à celles, fictives, du Comte Fersen avec lequel elle entretenait une relation privilégiée. Un livre exceptionnel pour les amateurs d'Histoire et de beaux ouvrages illustrés.

Publié aux éditions Soleil, 96 pages


Pour ce nouvel ouvrage, Benjamin Lacombe fait appel aux conseils et à l'expertise de Cécile Berly, historienne spécialisée dans l'histoire de la dernière Reine de France. Ensemble, ils imaginent ce qu'aurait pu écrire Marie-Antoinette si elle avait tenu un journal intime. Quelles sont les pensées secrètes de la reine ? Autour de ces confessions intimes, le lecteur découvre également les lettres que lui envoyait sa mère, la grande impératrice d'Autriche qui l'empressait d'accomplir ses devoirs de reine et de se détourner de ses distractions oisives. A cela s'ajoute également quelques lettres imaginées par Benjamin Lacombe et Cecile Berly, comme celle du Comte Fersen qui a eu une influence considérable sur la vie de la reine. 

Je pense que je n'étonnerais personne si je vous dit qu'une fois encore, ce Benjamin Lacombe nous ravit les yeux par le talent graphique immense dont il fait preuve. J'ai aimé le fait que l'illustrateur parvienne à garder son style si caractéristique tout en l'accordant aux codes visuels du XVIIIème siècle. 
Ainsi on a des illustrations qui ressemblent en tout point aux gravures d'époque, aux toiles de Jouy qui décorait les boudoirs royaux ou encore de fabuleuses illustrations qui rappellent les plus belles oeuvres de Elisabeth Vigée le Brun, peintre reconnue pour avoir fait à plusieurs reprises le portrait de Marie-Antoinette. 
On sent aussi que Benjamin Lacombe puise une certaine inspiration dans le film "Marie-Antoinette" de Sofia Coppola, toutes ses illustrations fourmillent de détails dans une surenchère de couleurs et de textures. Les perruques de Marie-Antoinette gonflent en hauteur et regorgent de plumes, de fleurs et d'animaux en tout genre. 

Sur la forme il n'y a rien à dire, c'est riche, varié et véritablement magnifique. Toutefois ce magnifique ouvrage pèche un peu sur le fond. Le texte n'est pas spécialement prenant ni passionnant. Je n'ai rien appris durant ma lecture que je ne savais pas déjà. C'est un beau livre qui est plus là pour ravir nos yeux que pour enrichir nos esprits. Si vous voulez en apprendre plus sur Marie-Antoinette je vous conseillerai plus de vous tourner vers de bons documentaires comme l'émission "Secrets d'Histoire" par exemple. 

En bref :

Un ouvrage splendide aux illustrations magnifiquement bien travaillées mais dont le contenu est un peu faible et creux. On apprend rien de nouveau sur la reine mais nos yeux sont émerveillés ! 

Chronique littéraire

Mon amie Gabrielle - Cordelia : un formidable récit !

18:00

Bonjour chez vous ! 

Au mois de novembre, je me débattais avec cette gajeure que représentait le NaNoWriMo. Si vous suivez le blog sur Facebook, alors peut-être m'avez vous vu partager pendant cete période quelles étaient mes sites ressources pour m'aider durant ce challenge. Parmi ces aides, il y avait le blog de Cordelia qui est généreux de conseils et d'astuces pour améliorer son écriture. C'est un blog que je consultais presque tous les jours et qui a été un soutien considérable pour moi. 
Au même moment, Cordélia lançait une campagne de finance participatif pour aider à l'autoédition de son premier roman "Mon amie Gabrielle". Etant donné l'aide que m'apportait son blog j'ai alors décidé d'apporter ma petite pierre à l'édifice et d'aider à sa campagne. En retour, j'ai reçu son livre dédicacé ainsi que quelques goodies.
Aujourd'hui, je suis vraiment très heureuse de vous présenter cette nouvelle lecture qui est arrivé dans un contexte créatif un peu particulier pour moi !


De quoi ça parle ?

2004, Salah et Gabriel partage la même chambre à l'internat du lycée. Si Salah ne semble s'intéresser qu'au 90C d'Estelle, Gabriel semble plus préoccupé par des questionnements qui le tourmentent. 
2014, le temps est passé, Gabriel est devenu Gabrielle tandis que Salah est en couple depuis peu avec Myriam. Ils ont tous les deux changé mais l'amitié reste toujours la même.

Autoédité, 295 pages.

Vous l'aurez sans doute immédiatement compris en lisant le résumé, il va être question aujourd'hui d'un roman qui aborde des thèmes LGBT. 
Parce que chaque cause est à défendre et que je veux que mon blog soit un espace de bienveillance et d'ouverture je tiens vraiment à insister sur ce point. Car en dehors de son histoire, on sent la réelle volonté de Cordélia de délivrer un message de tolérance et de sensibiliser aux questions de la transidentité.

Tout personnellement, j'avoue m'intéresser depuis peu de temps à ces questions et j'ai énormément appris avec cette lecture qui est pédagogue en toute subtilité et qui nous renvoit aux maladresses dont on peut être capable face à une personne en plein questionnement identitaire. 
C'est pourquoi j'ai énormément apprécié le personnage de Salah, un adolescent qui évolue dans une famille plutôt ouverte d'esprit mais qui malgré tout fait de grosses gaffes face à Gabriel : transphobie involontaire ou culpabilisation. C'est un personnage qui a ses défauts et qui représente les erreurs que chacun peuvent faire.
Gabrielle, quant à elle, est un personnage touchant et je défie quiconque de ne pas être un minimum ému par son parcours. Elle traverse des périodes difficiles mais parvient à toujours garder la tête hors de l'eau. Mais tout comme Salah elle a ses propres défauts que je vous laisserai découvrir.

Pour un premier roman je trouve qu'il est plutôt très agréable à lire. Le style est par moment un peu simple et certaines formulations sont un peu maladroites, mais néanmoins j'ai pris beaucoup de plaisir à ma lecture. Les différentes grandes parties du récit sont entrecoupées des illustrations de Monsieur Q, dont je vous recommande chaudement le blog en cliquant ici.
"Mon amie Gabrielle" aborde des sujets difficiles mais nécessaires pour comprendre et sensibiliser au maximum. Sous couvert de son histoire tendre d'amitié, c'est aussi un roman militant qu'il faut mettre entre toutes les mains !


En bref :

Malgré quelques petites maladresse d'écriture, j'ai beaucoup aimé cette histoire d'une amitié forte qui traverse les années. Les personnages sont réalistes et touchants, je veux voir ça plus souvent !

Aussi, chose que je ne fais jamais mais il s'agit ici d'un roman autoédité et il mérite d'être diffusé largement, je vous conseille très vivement d'aller sur le blog de Cordélia et d'acheter son livre au format numérique (ici). D'une part, vous aurez une bonne lecture, et d'autres part vous soutenez l'autoédition est c'est plutot cool !

Auteure Féminine

Collaboration horizontale - Navie et Carole Maurel : bouleversant de bout en bout

18:21

Bonjour chez vous ! 

Ça fait très très trèèèès longtemps que j'attendais de vous écrire cet article. La vie d'un lecteur c'est parfois devoir faire preuve de patience quand il s'agit de sortie littéraire. Si je peux dire que j'ai très souvent attendu des sorties de romans, en revanche je n'ai presque jamais attendu de bande dessinée. Pourtant la BD d'aujourd'hui je l'attends depuis plus d'un an maintenant. Une année durant laquelle je guettais la moindre information possible de la part de son auteure Navie. 
Je m'excuse d'avance mais cette introduction risque d'être un peu longue. Pour ceux qui ne la connaissent pas, Navie est une auteure multitâche qui a travaillé dans tout plein de domaines différents. Historienne de formation, elle a également travaillé pour l'émission "Les maternelles" sur France 5, elle a écrit de nombreux livres guides (comme "comment ne pas devenir un vieux con") et à même édité des boites de jeux de société ! Actuellement elle est aussi l'incroyable animatrice d'un podcast sur les relations amoureuses et la sexualité sur Madmoizelle avec son amie Sophie Marie Larrouy (à voir ici)
Bref une carrière qui ne laisse pas de place à l'ennui et à la routine mais pour cette bande dessinée, elle revient sur ses fondamentaux et verse dans le genre historique avec "Collaboration horizontale". La première fois où je l'ai entendue parler de son projet c'était sur ce podcast (que je vous conseille vivement d'écouter), et depuis j'étais vraiment très impatiente de découvrir la BD. Puis j'ai appris le nom de sa dessinatrice : Carole Maurel ; que j'ai découvert il y a quelques mois maintenant avec "L'apocalypse selon Magda". Je ne cache plus tout l'amour pour cette BD et depuis mon impatience à redoubler de puissance et j'ai du prendre sur moi jusqu'à sa sortie mais une seule chose m'animait : je savais que "Collaboration horizontale" allait être un coup de coeur !


De quoi ça parle ?

1942, Paris est occupée par l'ennemi allemand. Dans un petit immeuble où tout le monde se connaît, chacun doit faire face à ses propres difficultés, ses propres secrets, tout en sauvegardant les apparences qui sont souvent bien trompeuses. Parmi eux, Rose, s'amourache d'un officier allemand pour protéger sa voisine et son fils, juifs. 

Publié chez Delcourt, 144 pages.


J'écris cette chronique une heure seulement après avoir terminé ma lecture. Même si l'article sera publié quelques jours plus tard je pense que mes émotions n'auront pas changé depuis.
Je partais vraiment gagnante en commençant ma lecture parce que j'étais certaine de l'aimer, et comment dire ? Ça a été largement au dessus de mes attentes !

Alors bien sur je pourrais passer sur le travail de Carole Maurel puisque j'en ai parlé dans mon article sur "L'apocalypse selon Magda" mais je tiens quand même à revenir dessus puisque pour "Collaboration horizontale" j'ai trouvé que le travail graphique était encore plus poussé. Les colorisations dans les tons majoritairement sépias nous donnent l'impression de regarder de vieilles photographies vintages. Aussi il y quelques audaces graphiques que je ne détaillerai pas ici mais qui valent réellement la peine d'être vues ! Un grand bravo pour Carole Maurel qui a su me surprendre une nouvelle fois et qui a accomplit ici un travail magnifique.

Mais il n'y a pas que le dessin qui mérite une mention d'honneur pour cette BD ! L'histoire de Navie est riche de ses personnages. De la gardienne d'immeuble et son mari aveugle, à l'adolescente garçon manqué, la famille juive que tout le monde dissimule et cette vieille dame qui ronchonne sans arrêt. C'est dans ce petit microcosme qu'évolue Rose, le personnage principal, qui va devoir se démener entre ses valeurs, ses responsabilités, sa loyauté et ses sentiments. J'ai beaucoup aimé ce personnage tout en nuances et j'ai véritablement été touché par son destin.

En dehors de ses personnages, "Collaboration horizontale" est avant tout une formidable histoire d'amours : les amours passionnés, les liens familiaux, l'amitié et la loyauté. Autant de thèmes forts qui font de cette histoire un récit universel et bouleversant.
Peu de bande dessinées peuvent se vanter de m'avoir fait pleurer, et c'est pourtant le cas ici. Lorsque j'ai refermé le livre je me suis sentie vide et anéantie. J'ai beaucoup pleuré parce que l'histoire m'a touchée mais aussi parce qu'elle a donné un tout autre éclairage à cet aspect de notre Histoire qu'on associe beaucoup avec le sentiment de honte. C'est une BD qui nous apprend à dépasser nos préjugés, à déjouer les apparences et à ouvrir nos horizons et nos esprits. C'est une bande dessinée qui m'a fait grandir et qui m'a profondément émue.


En bref :

Une bande dessinée à la qualité exceptionnelle tant au niveau graphique que narratif. Un bijou boulversant qui est à mettre entre toutes les mains, et vite !


Edit du 17 février : 
Cela fait maintenant plusieurs jours que j'ai écrit cet article. Cet après midi, j'ai eu la chance incroyable de pouvoir rencontrer Navie et Carole Maurel à l'occasion d'une dédicace à Lyon. Leur gentillesse est sans limite et ça a été un très bel échange. J'ai eu un magnifique dessin et Carole a aussi été d'accord pour me faire un petit mot pour "L'apocalypse selon Magda". Ca a été une très belle rencontre et j'attends déjà avec grande impatience la réalisation de leurs futurs projets