Auteure Féminine

Le livre de l'enigme, tome 1 - Nathalie Dau : une grosse déception

17:30

Bonjour chez vous, 

Vous aurez surement remarqué que parmi mes genres de prédilection, se cache la fantasy. Je passe mes étés à me plonger dans de grandes sagas du genre. Le reste de l'année, j'aime aussi agrémenter mes lectures habituelles avec quelques titres dans lesquels j'espère trouver une perle, un coup de coeur. 
Aujourd'hui, retour sur le premier tome de la saga "Le livre de l'Enigme".


De quoi ça parle ?

Les ténèbres ont un cœur de lumière.
Je l’ai su quand j’ai vu l’enfant dans la tempête. J’ai entraperçu l’azur de sa magie étrange et intense, mon univers s’est métamorphosé. Moi qui me sentais si seul, si désespéré, j’ai découvert soudain pourquoi j’étais venu au monde : pour protéger celui qu’on m’a donné pour frère. Un frère pas tout à fait humain, pas tout à fait possible. Le protéger des autres et de lui-même : des décisions qu’il voudrait prendre afin de résoudre sa maudite Énigme. Car ce petit est doué pour se mettre – nous mettre – en péril ! Mais j’ai la faiblesse de croire que je suis plus têtu que lui.

Publié chez Les Moutons Electriques, 448 pages


Depuis maintenant trois ans que je tiens mon blog, je me suis fixée un impératif : ne jamais parler des livres que j'abandonne. Pour l'article d'aujourd'hui je ferai une exception car il s'agit d'un livre que j'ai abandonné... à 30 pages de la fin. Abandonner si près du but, c'est rare, pour ne pas dire incongru. 

Pourtant cette lecture a été incroyablement pénible et inégal. Malgré quelques passages accrocheurs, je n'ai pas réussis à rester jusqu'au bout. Pourtant je voulais l'aimer ce livre, je voulais tellement l'aimer ! Ca faisait un moment que j'avais ce livre dans ma wishlist et j'étais tellement contente d'enfin l'acheter, persuadée que j'allais passer un bon moment. 

Je pense que ce livre est l'exemple même de tout ce que je redoute quand je me lance dans de la fantasy. Dès les premières pages, nous sommes plongés dans un univers complexe, avec son propre vocabulaire. En soit, il est logique et presque nécessaire pour nous imprégner d'un nouveau monde d'être confronté à son propre parlé. Mais ici, nous avons un large vocabulaire nouveau qui ne nous est jamais vraiment expliqué de manière concrète. Je me suis vite sentie perdue dans ce nouvel univers.
De même, le personnage principal n'a pas réussi à retenir mon attention et mon affection. je ne l'ai pas trouvé particulièrement attachant et j'ai eu du mal à rentrer dans les enjeux de son histoire comme devrait l'exiger la lecture d'un tout premier tome.
Malgré quelques passages sympathiques, je me suis très vite ennuyée dans ce premier opus trop riche et parfois indigeste au point que j'en suis donc venue à l'abandonner à la presque toute fin.
En soit ça me frustre énormément parce que je n'aime pas abandonner les livres que je commence, j'ai même plutôt tendance à aller jusqu'au bout quitte à me forcer et à frôler l'overdose livresque. Mais là, je n'ai tout simplement pas pu aller jusqu'au bout.

Si jamais vous êtes des lecteurs de ce premier tome du Livre de l'Enigme et que vous avez aimé cette lectures et les tomes qui ont suivi, n'hésitez pas à me le dire et à échanger avec moi. Ca me ferait très plaisir de lire des avis différents du mien, et qui sait, peut-être suis-je vraiment passé à côté de quelque chose d'exceptionnel. 

En bref :

Une lecture déroutante et ennuyeuse, au point de ne pas avoir réussir à tenir jusqu'au bout et à abandonner quelques pages avant la fin. Une première pour moi... 

Américain

Blankets - Craig Thomson : un roman graphique beau et touchant !

17:00

Bonjour chez vous ! 

Et si je profitais de ces heures caniculaires pour vous présenter une lecture qui devrait plutôt se lire au chaud sous un plaid devant une cheminée ? Aujourd'hui je viens vous présenter avec un peu de retard (mais toutes mes chroniques sont en retard en ce moment vous l'aurez surement remarqué) une très belle lecture.


De quoi ça parle ?

Craig est né dans une famille modeste. Il vit avec ses parents et son petit frère dans une petite ferme au fin fond du Wisconsin, et reçoit une éducation stricte et très religieuse, car sa famille est baptiste et très pratiquante. C'est un enfant sensible, qui n'est pas armé pour les brimades subies à l'école, l'autorité rugueuse de son père et la culpabilité entretenue par l'omniprésence de la religion au foyer. Il se réfugie dans le dessin, activité dérisoire pour ses éducateurs qui préfèreraient le voir penser à un avenir religieux. Mais lors d'une classe de neige paroissiale, la rencontre de son premier amour Raina, jeune fille à l'histoire tout aussi chargée, va marquer sa vie.

Publié chez Casterman Ecritures, 580 pages. 

Moi qui aime les BD fournies, j'ai été plus que comblée avec les 580 pages qui composent cette magnifique histoire. L'auteur y raconte son enfance, des nuits à devoir partager le même lit que son petit frère jusqu'à ses premiers temps d'adultes et son premier émoi amoureux. 

Avec ces presque 600 pages, je ne vous cache pas que j'ai plutôt pris mon temps avant de terminer le récit de l'auteur. Un récit dense qui fourmillent de détail mais un récit qui marque surtout par son honnêteté et sa sincérité. Malgré quelques longueurs j'ai aimé la relation qui se tisse au fil des pages entre Craig et Raina. L'auteur a un véritable talent pour dessiner le sentiment amoureux.

C'est tendre, beau, délicat et violent, on en aurait presque les papillons dans le ventre dans les moments les plus beau mais aussi le coeur qui se sert quand vient les désillusions du premier amour. 

En dehors de sa superbe romance, j'ai aimé la réflexion autour de son éducation, son rapport à la religion que j'ai trouvé plein de bon sens et de profondeur. Le tout inscrit dans une histoire familiale qui fait qu'on est loin d'un quelconque récit prosélyte.






En bref :

Une BD tendre et pleine d'humanité, sur le premier amour, sur la résilience, sur l'éducation et les carcans religieux. Un très beau récit.





On lit quoi cet été ?

13:09

Bonjour chez vous ! 

Aujourd'hui je vous retrouve avec une très courte idéo, assez peu travaillée et qui a souffert de quelques bugs et cafouillages mais qui a pour but d evous présenter les lectures qui feront mon été et les prochaines vidéos que vous verrez sur la chaines au cours des semaines à venir. 
J'espère que ça vous plaira, à très vite ! 


Auteure Féminine

Idéal Standard - Aude Picault : réaliste et percutant !

18:00

Bonjour chez vous !

Il est des titres que nous voit fleurir d'un coup sur la blogosphère dès leur sortie. Pour la chronique d'aujourd'hui, j'ai vu cette BD sur tous les blogs, les chaines Youtube et sur tous les réseaux sociaux possibles et imaginables. Une BD qui fait l'unanimité, forcément ça pousse un peu à la curiosité. Dès que l'occasion s'est présentée j'ai lu Idéal Standard de Aude Picault et je vous en parle tout de suite !


De quoi ça parle ?


Claire, trentenaire, infirmière en néonatalogie, voit défiler ses relations amoureuses et désespère de construire un couple – le vrai, le bon, l'idéal. En choisissant de vivre avec Franck, elle croit enfin y être arrivée. Mais la réalité standardisée de ce qui l'attend n'est pas à la hauteur... 

Publié chez Dargaud, 152 pages. 


Que se cache-t-il derrière cette bande dessinée aux couleurs pastels, aux traits épurés mais diablement efficaces ? 
Aude Picault dresse le portrait de Claire, une trentenaire rêveuse et romantique qui voit dans chacune de ses conquêtes le futur père de ses enfants. Avec son entourage qui se marie et qui commence à donner naissance à d'adorables poupons, mais avec aussi les sempiternels pressions données aux femmes concernant la maternité, Claire attend son tour avec empressement.  

A première vue, "Idéal Standard" est une BD toute gentille sur le quotidien d'une trentenaire d'aujourd'hui. Mais en dehors de son aspect un peu bonbon se cache un véritable manifeste féministe. On y dénonce les nombreuses sollicitations que nous pouvons connaitre en tant que femme à propos du couple mais en particulier avec la maternité. Que ce soit dans notre entourage mais également dans les médias, tout pousse la femme à culpabiliser de ne pas suivre sa fameuse "horloge biologique"
On aime cette bande dessinée car c'est un vrai petit plaisir de lecture, c'est dynamique, drole et touchant, mais surtout c'est une BD qui nous reste un moment en tête, c'est une histoire pleine de substance et de profondeur qui nous porte à la réflexion. C'est une très bonne découverte que je m'empresserai de recommander au plus grand nombre ! 


En bref :

Avec "Idéal Standard" je découvre une auteure au dessin qui me plait énormément. C'est fin mais intelligent et plein de profondeur, j'ai hâte de lire ce qu'elle a pu faire d'autre !

Auteure Féminine

Un fils en or - Shilpi Somaya Gowda : une vraie évasion

17:00

Bonjour chez vous !

Avec beaucoup de retard j'entame aujourd'hui les articles consacrés à mes lectures du mois de mai. Et ce premier article est un petit peu particulier puisque je vais vous parler d'un livre acheté à l'aveugle. Vous connaissez surement cette technique de vente présente dans certaine librairie ou des livres de poches sont emballés dans du papier cadeau et où la surprise est réservé à un acheteur un peu curieux.
Le livre d'aujourd'hui est un livre trouvé dans l'une de mes librairies fétiches de Lyon, une librairie spécialisée sur la littérature de voyage (un peu plus et on y verrait Hugh Grant comme dans Coup de Foudre à Nothing Hill) qui propose des livres achetés à l'aveugle.
Je n'avais jamais tenté l'expérience mais je dois dire que je pense réitérer très prochainement ! 
De quoi ça parle ?

Anil est le fils ainé d'une riche famille d'Inde. Après de prestigieuses études de médecine, il est accepté pour faire ses année d'internat au Texas et part donc pour les USA, laissant derrière lui sa famille mais surtout Leena, son amour d'enfance. Une relation que la mère d'Anil ne voit pas d'un très bon yeux, elle veut le meilleur pour son fils et souhaite une union prestigieuse. 
Leena de son côté est contrainte d'épouser un homme qu'elle ne connait pas et qui va vite se révéler être un véritable tortionnaire. 

Publié chez Folio, 544 pages



Se lancer à l'aveugle dans une lecture qui ne nous a pas été conseillé et qu'on n'a jamais désiré. C'est un exercice assez rafraichissant car je me suis lancée dans ce livre sans rien en attendre.
Les chapitres s'alternent entre l'histoire d'Anil et celle de Leena, comme ces deux parcours évoluent, se croisent et se recroisent. Le rythme est fluide bien qu'il y ait quelques temps mort par moment. J'ai quand même passé un très bon moment de lecture car malgré ses 544 pages je l'ai lu assez rapidement. 

Ce qui est surtout frappant c'est cette histoire qui dépeint la culture indienne, une culture si éloigné de nos habitudes occidentales. Les descriptions permettent vraiment de se visualiser le quotidien des personnages en Inde mais aussi le décalage que ressent Anil en arrivant aux Etats Unis. C'est un livre qui malgré ses sujets difficile permet une certaine forme d'évasion ! 
Le point négatif de ce livre concerne peut-être malheureusement le personnage d'Anil justement que j'ai trouvé assez plat, sans vraiment d'intérêt. Je me suis plus attachée à Leena dont le parcours m'a énormément touchée. En effet, le roman aborde en grande partie la question des mariages forcée et de la place de la femme dans la société indienne. Une situation sociale précaire et des malveillances qui sont parfois à la limite du supportable à lire. Je crois que les chapitres de Leena sont réellement ce qui apporte tout l'intérêt de ce roman. 
La relation qui existe entre les deux personnages ne m'a pas spécialement paru nécessaire au récit, elle était presque de trop. J'ai été assez emportée par l'histoire et certains éléments du dénouement m'ont plutôt surprises là où j'attendais une toute autre histoire ! 


En bref :

Une bonne découverte, un roman qui nous fait voyager malgré des thèmes abordés assez durs.